Les enfants du Corbeau

Les enfants du Corbeau est un projet de création et d’éducation proposé par la chorégraphe Emmanuelle Calvé et Lara Kramer. Ce projet Danse-Théâtre fera son chemin dans les communautés autochtones du Québec et de l’Ontario auprès des jeunes. Celui-ci permettra aux jeunes des communautés choisies, de créer au coeur de la nature et de vivre l’expérience d’un processus de création commun à partir du personnage du Corbeau. Un atelier niveau scolaire dans le cadre du programme La culture à l’école a également été créé (voir section Enseignement).

Développement du projet:

8-16 octobre 2011: Résidence de création au Saguenay

Novembre- janvier 2012: Résidence au Gesù, Montréal

1-8 avril 2012: Résidence à Banff

L’histoire du Corbeau:

Le personnage du Corbeau a été tiré de la dernière création de la chorégraphe Emmanuelle Calvé Peau d’Or, sors de l’Ombre, (2010-2011). Par sa simplicité et sa magie, ce personnage est accessible à tous et peut être incarné de plusieurs façons.

Dans de très nombreuses traditions. le Corbeau est perçu comme un animal magique et mystérieux. Il symbolise l’intelligence. Des légendes autochtones racontent que le corbeau a créé la lumière, le feu et l’eau. Le corbeau est un enseignant et guérisseur qui nous permet d’apprendre à connaître nos peurs intimes, afin de favoriser un changement de conscience. Il est le messager de notre inconscient, ou encore de l’inconnu. Il vous guidera à découvrir les voies qui mènent à notre propre chemin spirituel en suivant votre propre lumière.Le Corbeau a la faculté de transformer les désirs en réalité et de partager les secrets de l’univers. Il nous rappelle de prendre conscience de notre environnement naturel. Les Corbeaux ne sont pas des solitaires, la solitude les met d’ailleurs très mal à l’aise. Ils seront très heureux au sein d’un groupe ou d’une société, ceux-ci pourront compter sur leur loyauté et leur soutien. Le Corbeau vous apprend à créer, à comprendre les événements et donc à progresser.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.