Ayah

Studio 303, 2007Ayah

Six personnes de 10 à 65 ans sur scène : trois hommes, deux femmes et un enfant. Par le mouvement, qu’ils soient danseurs, musiciens ou guérisseurs, ils se partagent leurs habiletés et savoir. Un lien fort se développe alors dans le groupe.

Où allait me mener cette prochaine vision? Au départ ce n’était qu’une image  que je contemplais en méditation dans mon imaginaire. Il y avait autour une magie et une paix qui me rendais heureuse. Quatre hommes de différentes générations assis se partage leurs forces et savoir. Ils discutent en toute sensibilité et simplicité.

Afin de former ce petit groupe qui devait prendre vie et s’animer, ces hommes  nous les avons choisi minutieusement parce ce qu’on croyait en leur forces, sensibilité, valeurs et imaginaire. Ce groupe qui est devenu aujourd’hui un groupe d’amis.

J’ai vu au fil de ce grand processus une petite communauté se former. Il a fallu constamment  comme chorégraphe orchestrer le tout en se consacrant totalement au développement de ce groupe. C’est à dire forger des alliances vraies, avoir une compréhension du bon fonctionnement de cette nouvelle formation formée de différentes générations et de gens apportant avec eux des histoires diverses. Plus chacun partageait, comprenait et tolérait plus l’union était forte. Un dur travail qu’était de diriger le non-danseur, le danseur, l’homme, l’enfant, l’aîné, le musicien ainsi que la femme. Martin, Fadel, Karim et Ian sont des hommes qui se questionnent, consultent, font des liens, assimilent, transposent, qui ont plein d’habileté a partager et qui tentent et qui raffinent peu à peu leur compréhension du monde et d’eux-mêmes et leur capacité d’action individuelle et collective. Ils ont le désir de connaître, de communiquer et d’agir. Nous avions à mes yeux une vision commune, une volonté commune et du temps pour vivre et être.

Ce projet est le résultat d’une exploration qui rassemble tout ce que je souhaite approfondir par la danse. Ce travail m’a permit de m’ouvrir complètement aux richesses et d’avoir des relations exceptionnellement vraies avec mon entourage. À mes yeux, ce projet est un don pour chacun. Ce n’est pas quelque chose qui m’appartient  ou un territoire que je veux isoler de ceux qui n’en font pas partie. C’est un temps pour se divertir et un temps pour se reconnaître.

PHOTOS

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.