Arts visuels

Du corps à la peinture

À ÉCOUTER: Capsule radio à l’émission Montréal s’EXPOSe de CIBL 101,5, le 22 décembre 2015, par Rhodnie Désir:

Vous pouvez aussi avoir accès à l’intégrale de l’émission (et des autres) au: http://www.cibl1015.com/expos

Pour moi toutes les disciplines sont interreliées à la danse, donc au corps. C’est aussi la façon dont je vis ma vie au quotidien, en dansant d’une chose à l’autre et en regardant l’espace ou le terrain de haut. Avec le regard de l’aigle je tente de toujours survoler et virevolter sans jamais me prendre dans des barrières. La liberté est essentielle pour moi et une de mes plus grandes richesses. Je suis liée constamment à la danse dans mes élans et pulsions et par les mouvements de vie qui me renversent et traversent. Les dimensions et états que je côtoie par la danse ont aiguisé mes sens et sont les mêmes que j’explore par la peinture. Je contacte les mêmes espaces intérieurs que lorsque je chorégraphie. Les coups de pinceau partent d’abord d’une paix ou d’un état de bien-être et traversent ensuite, le bassin. le cœur, le bras, la main, jusqu’à la toile. Je dépose ma toile au sol et je peins avec tout mon corps. Parfois des sons ou des chants font surface et me bercent pendant des jours. C’est aussi une façon de vivre le moment présent et d’éteindre le mental. Je laisse la toile longtemps au sol dans mon atelier pour y retourner et ressentir s’il y a des changements ou transformations à ajouter. Un sujet qui m’interpelle depuis mes études en arts visuels c’est la terre. La terre sur les corps, avec ses montagnes, ses océans, ses volcans, sa lumière etc. La terre sur les animaux. J’aime mettre en lumière les beautés autour de nous et démontrer que nous ne faisons qu’un. Parce qu’on en a besoin!!!! À la fois organiques et fantastiques, elles enchantent les lieux !

J’utilise également le dessin dans mes recherches chorégraphique pour alimenter l’univers des collaborateurs ou pour la confection des marionnettes.

IMG_20140905_223135609Vie de fond- Vendu

Dessins- recherches chorégraphiques et marionnettes


 

Résidence de deux jours. Francine Châteauvert et moi-même. Pour simplement explorer en douceur. Quelques-unes de mes photos. Captation d’un espace hors temps de sagesse. «Pour expliquer la force vitale d’une femme, la poésie est nécessaire». La danse des grand-mères, Clarissa Pinkola Estès.

Photos Emmanuelle Calvé, 2016.

 

Dessin avec de la suie de bois de chauffage – La perdrix